Documentation

Dhafer Youssef – Blending Souls & Shades


Dhafer Youssef est un maître du oud, chanteur et compositeur Tunisien, né le 19 novembre 1967 dans un petit village de pêcheur nommé Teboulba. Fils d’une famille modeste, sa performance vocale est un héritage familial et culturel. Son grand-père l’initie très tôt à des récitals coraniques. Il y découvre le potentiel de sa voix, et la cuisine de sa mère devient son premier laboratoire expérimental.

Il quitte sa ville natale pour la capitale Tunis, où il y intègre le conservatoire de Nahj Zarkoun où il découvrira son instrument de prédilection : l’oud. Mais insatisfait de la qualité son enseignement, il décide d’aller s’installer à Vienne en Autriche pour compléter sa formation musicale. Au cours de ses multitudes formations, de ses expériences et de ses innombrables rencontrent, Dhafer s’ouvre au multiculturalisme, ce qui lui ouvre un immense monde de possibilités. Après avoir commencé des études en musicologie, il se rend compte qu’il n’est plus intéressé par une formation académique et se laisse séduire par le jazz et la musique indienne. Au fil des rencontres, des albums et des concerts, il gagne en maturité musicale et reste perpétuellement en recherche de nouveau horizon sonore et au mélange de culture qu’il exposera dans dix albums :

  • 1996 : Mousafer
  • 1998 : Malak
  • 2001 : Electric Sufi
  • 2003 : Digital Prophecy
  • 2005 : Divine Shadows
  • 2007 : Glow
  • 2010 : Abu Nawas Rhapsody
  • 2013 : Birds Requiem
  • 2016 : Diwan of Beauty and Odd
  • 2018 : Sounds of Mirrors

Le talent de Dhafer s’étend également au monde de la musique de film. Les critiques soulignent sa performance exceptionnelle dans la bande originale de Black Gold composée et dirigée par le légendaire James Horner en 2011. Ce dernier invite Dhafer à une nouvelle collaboration en 2012 pour la bande originale de The Amazing Spider-Man.

En 2011, il invite le clarinettiste turc Hüsnü Senlendirici et le joueur de kanoun (instrument à cordes pincées) Aytaç Dogan à un spectacle à Ludwigsbourg (Allemagne). En 2013, inspiré de cette rencontre, Dhafer Youssef publie Birds Requiem. Le succès de cet album est immédiatement salué par la critique, avec une tournée internationale d’environ 100 concerts, plus de 50 000 disques vendus et des performances de plusieurs orchestres, dont le London Symphony Orchestra. 

Construit comme une bande originale de film, c’est un album très personnel qui a été enregistré à un tournant de la vie de l’artiste. La voix de Dhafer Youssef accompagne la clarinette de Husnu Senlendirici et le Kanun d’Aytaç Doğan. Il collabore également avec ses compagnons Eivind Aarset à la guitare électrique, Nils Petter Molvaer à la trompette, Kristjan Randalu au piano, Phil Donkin à la basse et Chander Sardjoe à la batterie. Birds Requiem figure parmi les dix meilleurs albums de jazz en France et ailleurs et fait partie de la liste des « 20 meilleurs chanteurs masculins » de DownBeat Magazine. C’est une nouvelle étape dans la carrière et la recherche musicale de Dhafer.

« Blending souls & shades » est issu de ce huitième album de 2013.