MAO, Kézako ?

Introduction à l’acousmatique

« Telle est la suggestion de l’acousmatique : nier l’instrument et le conditionnement culturel, mettre face à nous le sonore et son « possible » musical. »

PIERRE SCHAEFFER, TRAITÉ DES OBJETS MUSICAUX

L’acousmatique est avant tous un art sonore, avec un répertoire mondial de plusieurs milliers d’œuvres.  Cet art sonore, c’est 50 années de recherches, de réflexion et de production, quatre générations marquantes de compositeurs, des œuvres dont certaines sont déjà des « classiques », une production discographique éloquente, signent la vitalité d’un genre malgré tout vierge de tout académisme, qui donna naissance à un nouveau genre de mélomane. Cette musique totalement révolutionnaire a été inventée grâce à l’apparition du magnétophone, l’instrument à virtualiser le son. Un son est dit « acousmatique » lorsqu’on ne peux pas voir la source, et par extension la connaitre.

Comment parler d’acousmatique sans évoquer son père Pierre Shaeffer. En 1948, animateur d’une petite équipe de recherche au sein de la Radiodiffusion française, Pierre Shaeffer invente une nouvelle forme d’expression artistique qu’il appellera lui-même musique concrète, fondement de la musique électronique actuelle dont découle également la musique dites acousmatique.

En bref l’acousmatique, c’est faire entendre nos émotions à travers des bruits de notre quotidien, ou de notre propre corps. Pour moi l’acousmatique, c’est avant tous le pouvoir de dompté les sons, de comblé leur silence. Cet art sonore a pour but de développer le sens de l’écoute, de l’imagination et notre perception mentale des sons. En clair : raconter une histoire à travers de ce que l’on qualifie trop souvent de « bruit ».

Exemple – Appel à la guerre
Flavien PONCHON

Pierre Schaeffer – Générique « Apostrophe »

Symphonie pour un homme seul, Pierre Henry