Documentation

James Brown – It’s a Man’s World


Il est difficile de seulement survoler la carrière de James Brown tant elle a influencée le monde de la musique, à tel point que l’on ne pourrait l’omettre d’une frise chronologique de l’histoire de la musique. Ce n’est pas pour rien qu’on le surnomme le « Godfather of Soul » (en français Le Parrain de la Soul). Mais revenons un peu en arrière…

James Joseph Brown est né le 3 mai 1933 à Barnwell en Caroline du Sud dans une famille défavorisée, mais c’est à Augusta qu’il grandit livré à lui-même dans un quartier misérable. Les métiers de rabatteur pour une maison close, cireur de chaussure, laveur de voiture et de danseur de rue lui permette dans un premier temps de survivre. Il apprend en parallèle et en autodidacte la batterie et le piano. Passant par la case prison pour mineur de Toccoa, il s’illustra d’abord pour ses aptitudes à la boxe et au baseball, et ensuite pour sa voix. Là-bas, il y rencontre le pianiste Bobby Byrd avec qui il fondra son premier groupe de rhythm’n’blues The Flames à leur sortit de prison. Rebaptisé ensuite The Famous Flames après le succès de leur titre « Work With Me Annie », ils se font engager dans la tournée de Little Richard qui les influenceront beaucoup.

En 1963, conscient de son talent de show man et de ses performances live (exemple sur la vidéo ci-dessous), il débute une carrière solo et enregistre un album live diffusé sous le nom de Live at the Apollo. L’album fut bien accueillit par la critique et lui assurera son premier succès qui marquera son accession vers la gloire.



« It’s a Man’s World », enregistré le 16 février 1966 à New York, fait partie de ses plus grands tubes aux côtés de « I fell good » ou « Sex Machine ».

Avant de vous laisser écouter le son de la semaine et pour finir, il est important de souligner sont engagements dans la lutte contre la ségrégation en devenant le porte-parole de la communauté noire américaine, à tel point que son œuvre « I’m black, say it loud, say it proud » deviendra l’hymne du mouvement Blacks Panthers en 1968.