Les bases du solfège

Les accords renversés


Un accord à l’état fondamental est un accord pour lequel sa basse (note la plus grave) est sa note fondamentale. Il n’est pas forcément formé d’un empilement de tierces comme par exemple l’accord do – mi – sol. L’ordre des notes peut être différent : par exemple, l’accord do – sol – mi est aussi un accord à l’état fondamental.

Sous forme réduite, l’accord est représenté par une superposition de tierces obtenue en abaissant les notes supérieures d’une octave. L’accord est alors à l’état fondamental réduit.

Lorsqu’un accord est renversé, certains de ses intervalles constitutifs le sont également. Cependant, chaque note de cet accord conserve le nom qu’elle aurait dans l’accord fondamental correspondant. Par exemple, dans le premier renversement d’un accord de trois notes (exemple B), la basse conserve son nom de « tierce », bien que située une sixte au-dessous de la fondamentale. À la différence d’un simple changement de position, un changement d’état — pour ce qui est des consonances parfaites consécutives ou directes — constitue un changement d’accord.

Un accord est à l’état de renversement, ou renversé, lorsque cet accord n’est pas à l’état fondamental, c’est-à-dire lorsque sa note fondamentale n’est pas à la basse.

Son renversement est déterminé par la note qui se retrouve en basse.

  • Un premier renversement est un accord qui a sa tierce à la basse.
Exemple : « mi-sol-do »
  • Un deuxième renversement est un accord qui a sa quinte à la basse.
Exemple : « sol-do-mi »
  • Un troisième renversement est un accord qui a sa septième à la basse. Il s’agit d’un accord d’au moins quatre notes.
Exemple : « si-do-mi-sol »
  • Un quatrième renversement est un accord qui a sa neuvième à la basse. Il s’agit d’un accord de cinq notes.
Exemple : « ré-si-do-mi-sol »

Renversement accord à 3 sons :

Renversement accord à 4 sons :