L’histoire de Kuusouka


Autrefois, l’île de Gōrudo surnommée « l’île d’or » abritait le village de Kodama, un village paisible où il faisait bon vivre. Les Kodamas étaient un vaste peuple vivant modestement en autosuffisance au pied d’une montagne d’or dans un nirvana de paysages majestueux. Imaginez-vous : chaque jour, le chant des oiseaux vient vous caresser l’oreille, le bruit de la cascade berce votre esprit et une immense montagne d’or se dresse devant vous, nourrissant vos rêves et vos fantasmes les plus fous. On raconte que des milliards d’étoiles brillaient de milles feux chaque nuit, que les Kodamas assimilaient à des entités bienveillantes.

L’or n’avait à leurs yeux aucune valeur marchande. Ne rencontrant que rarement d’autres civilisations, les Kodamas n’avaient aucune idée du trésor qu’ils avaient en leur possession. Le plus important pour eux, c’était cette mystérieuse légende qui était gravée en bas de la montagne, accompagnée d’une étrange gravure disant :

« Kuusouka veille sur Gōrudo.
Qui osera le réveiller, animera ses rêves enfouis
Et entendra pour l’éternité
La mélodie de la liberté.
Sa vie deviendra spectaculaire. »

Mais un matin, des centaines de soldats envahirent l’île d’or. Un bain de sang attendait les habitants osant se défendre : les maisons furent brûlées, les temples profanés, les vivres pillées. Cette attaque avait durée un jour entier… un jour interminable de souffrance et d’horreur. Le lendemain, les Kodamas survivants purent voir arriver sur un bateau au loin, un homme monstrueux assis sur un trône : celui qui les avait attaqué n’était d’autre que Yadōkai.

Yadōkai était un sorcier et un tyran sanguinaire, assoiffé d’argent et de pouvoir. Il était connu pour massacrer toutes les villes et tous les villages qu’il croisait sur son passage avec son armée gigantesque. « Toujours plus cruel, toujours plus riche, toujours plus puissant », tel était son adage.

Yadōkai réduit en esclavage les Kodamas survivants et les fit travailler comme mineur d’or. Son objectif était simple : extraire toute l’or de la montagne de Gōrudo, puis rayer de la carte le village. Pour maintenir les Kodamas en son pouvoir, Yadōkai leur jeta une terrible malédiction : celle de ne plus pouvoir entendre l’harmonie de la nature, les mélodies et la musique. Ils ne pouvaient entendre que leurs cris et gémissements de douleur, le hurlement des pioches qui assassinaient peu à peu leur montagne, ou encore entendre l’inexistence sonore et la solitude face au silence de l’univers.

Akira, un jeune Kodamas, réussit au bout de cinq longues années de servitude à s’enfuir. Il couru le plus vite possible se cacher dans la montagne. Il se souvint de la fameuse légende et eut l’intime conviction qu’il existait belle et bien un esprit de la montagne d’or de Gōrudo. Il bravât le froid, la faim, la soif, la peur de se faire attraper et le désespoir pendant deux longs mois, mais en aucun cas il n’abandonna la recherche de son Graal. Il en était persuadé : « Kuusouka veille sur Gōrudo ».

Un soir, à bout de force et cherchant à s’abriter pour passer la nuit au chaud, en plein milieu de la montagne dans un dernier soupir, Akira poussa une grosse pierre qui bouchait l’entrée d’une grotte. Devant lui, il vit se dessiner la silhouette d’une énorme bête qui ressemblait comme deux gouttes d’eau à la gravure, dormir paisiblement allongée sur le dos : c’était Kuusouka.


Cliquez ici pour revenir à la description du projet DreamsLines.